Vies à Vies

Vies à Vies est le résultat d’une expérience photographique et théâtrale menée au quartier femme de la maison d’arrêt de Rouen. A l’origine, un atelier de pratique théâtrale auquel participent quinze détenues volontaires.
Afin de les impliquer plus largement dans le processus de création, Alix de Morant qui dirige l’atelier décide de les faire travailler sur des récits de vie. Pour cela, elle fait appel à huit femmes de la région rouennaise, étrangères au milieu carcéral, qui livrent des parcours personnels souvent chaotiques. Huit récits qui donneront naissance au matériau théâtral.

Cette démarche d’échange entre la prison et la ville prend tout son sens lors des rencontres entre les femmes incarcérées et les femmes invitées.
La forme théâtrale s’élabore à partir d’extraits de récits significatifs, choisis et mis en scène par les stagiaires de l’atelier. En clôture, trois représentations ont eu lieu dans la chapelle désaffectée de la prison pour les détenus et une centaine de spectateurs.

Le travail photographique mené en parallèle du travail théâtral a affirmé la photographie comme espace d’expression.
C’est un acte réfléchi, raisonné et argumenté qui a conduit ces femmes à se livrer à l’objectif même si pour les femmes incarcérées, il était à la fois complexe et douloureux de se mettre en scène dans les 9m2 de la cellule.

Il règne dans cet univers clos, une pénurie d’images qui n’est en rien comblée par le flux d’images formatées diffusées par la télévision.
Les personnes incarcérées sont en mal d’images, et de leur propre représentation.